La rubrique de Marie H. – 4 / Préparation pour la Slovénie

Classé dans : Actualités, Europe | 0
Défense d'Entrer 012
Photographie de Régis Nardoux

Les dernières répétitions, en France, du projet européen « Generation to Generation » se sont déroulées le 26 et le 27 avril derniers à la Cour des Trois Coquins. Avant de partir en Slovénie et suite aux représentations qui ont eu lieu durant le festival La Cour aux Ados 2017, des changements s’imposent ! En effet, les metteurs en scène ont eu l’occasion de parler avec l’auteur et les spectateurs de la mise en scène et ces retours du public ont permis de déceler des améliorations potentielles ! Pour ces deux jours de répétitions de l’atelier Hackers, les 8 jeunes comédiens se sont donc attelés à cette tâche importante.

Dans un premier temps, il s’agissait de redonner un sens à la dramaturgie d’un des personnages qui restait encore trop incertaine. Ainsi, il a fallu redistribuer certaines parties du texte et faire les changements de place et de jeu qui en résultaient. Ce personnage s’est recentré sur une certaine mélancolie face au passé et à l’enfance, où l’on jubile naïvement de tout. Le jeu des comédiens par rapport à ce personnage a été retravaillé par le biais du contraste et de leur incompréhension respective, face à ce personnage et de lui face aux autres. Tout ce travail s’est effectué en concertation avec chacun des comédiens et des metteurs en scène, et toujours dans la bonne humeur !

De plus, il est apparu un autre facteur de changement très important : la taille et l’architecture de la salle en Slovénie ! En effet, celle-ci est moins large que celle de la Cour des Trois Coquins et possède quatre colonnes sur scène et deux dans le public ! Ceci complique donc beaucoup le travail de chacun : à la fois des comédiens mais également et surtout de l’utilisation du mapping. Les plots utilisés dans la mise en scène changent de position, ce qui modifie tout le travail de mapping. Le travail des acteurs consistait donc à jouer avec des colonnes qui, pour le moment étaient imaginaires ! Ceci entraîna de nombreux fou rire lors des répétitions ! Chaque déplacement devait être réinitialisé, ce qui n’est pas facile lorsque l’on a pris des habitudes différentes.

Ces habitudes n’étaient d’ailleurs pas les seules à changer. En effet, lorsque l’on travaille longtemps sur la même pièce, il faut se recentrer de temps à autre sur les intentions de chaque personnage et le jeu des comédiens qui en découle, pour ne pas perdre de vue la dramaturgie. Il s’agit de ne pas rationaliser ou expliquer ce que l’on fait, d’être plus énergique, réactif, notamment pendant les temps d’improvisation, de remettre des émotions et du sens dans chaque geste, chaque regard, chaque déplacement. Il faut savoir ce que l’on joue tout en gardant un côté ludique et dérisoire qui permet de s’amuser !
De plus, à cette occasion, la pièce de Henri Bornstein : Défense d’entrer, a été traduite en anglais, ce qui a donné lieu à quelques vérifications bien utiles, et parfois même amusantes, lors des répétitions.
Ainsi, nos 8 jeunes comédiens se sont bien préparés pour leur voyage en Slovénie, lors du festival Decameron, qui leur permettra de côtoyer et de voir les spectacles d’autres jeunes comédiens européens !

Laissez un commentaire