Tithon et la fille du matin de Ronan MancecTithon est un berger. Il est beau, tellement beau que La fille du matin en tombe amoureuse. La fille du matin, c’est l’aurore. Elle est immortelle. Elle fait se lever le soleil depuis toujours. Elle prend Tithon dans ses bras et l’emporte haut dans le ciel. Tithon formule un vœu : il souhaite la vie éternelle.
Son vœu est exaucé. L’amour de Tithon et de la fille du matin dure des siècles et des siècles, mais Tithon qui a oublié de demander la jeunesse, vieillit inexorablement aux côtés d’une Aurore éternellement jeune.

Porté par un groupe d’adolescents, ce texte représentera la Théâtre du Pélican à Schiffdorf (Allemagne) dans le cadre du Projet européen Generation to Generation en novembre 2016, puis sera présenté dans le Festival Nov’Ado à Rodez et enfin, en avril 2017 à l’occasion de la deuxième édition du Festival La Cour aux Ados, organisée par le Théâtre du Pélican à Clermont-Ferrand.

L’intention de Ronan Mancec :

« Je pense que j’ai commencé à écrire mon texte en vacances, dans la montagne, dans la forêt. Nous randonnions en Corse. On entendait les cigales et j’ai raconté à mes amis l’histoire de Tithon. Et nous avons débattu de la loi sur l’accompagnement des personnes en fin de vie. Nous étions à l’été 2014. Mon père était mort à l’automne précédent, d’une très longue, d’une interminable maladie. J’ai pensé que je serais capable de la raconter par le biais de l’histoire de Tithon. J’en avais très envie, parce que je voulais partager cette histoire avec mon neveu et ma nièce… »

L’intention du metteur en scène, Jean-Claude Gal :

« Tithon et la fille du matin est le genre de texte qui, dès la première lecture, vous lance une flopée d’images, vous transporte dans les airs et vous galvanise. La pièce ouvre à l’imaginaire, à une construction dramaturgique forte, élégante avec une certaine noblesse dans le regard des personnages présentés. Elle laisse la place à l’acteur et surtout au chœur, comme dans le texte antique. Alors, tout est une question de mouvement, au milieu de cette fluidité narrative, comme une spirale qui nous entraînerait au cœur de nous même. Nous qui rêvons d’éternité, nous qui sommes souvent à s’accrocher à notre jeunesse passée et à la croire à jamais vivante. »

Dans le cadre du cycle de création des neuf textes commandés aux auteurs sur la thématique des Nouvelles Mythologies de la jeunesse, le premier texte qui a été créé est celui de Ronan Mancec – Tithon et la fille du matin.

Cette création s’est déroulée en octobre 2015 en partenariat avec le TRAC47 –  pôle départemental ressource pour le théâtre amateur  – qui a fait appel à Jean-Claude Gal pour mener un travail de création avec un groupe de 12 adolescents.